11275 électeurs ont voté Nouvelle Donne, au premier tour des élections régionales, exprimant leur volonté que les citoyens reprennent la main en politique afin de ne plus la laisser aux mains des professionnels de la politique qui nous conduisent depuis des années à la catastrophe sociale, économique et climatique.

Les électeurs ont signalé très clairement le « raz le bol » des politiques menées par la gauche et la droite depuis 40 ans, ainsi que d'une classe politique en laquelle ils n'ont plus confiance. Nouvelle Donne n'a pas les possibilités de rendre ses

propositions suffisamment audibles, disposant de moyens 30 à 40 fois moins importants que les autres partis, et subissant l'inégalité de traitement par les médias (comme l’a affirmé le CSA).

Demain nous continuerons d'aller à la rencontre des citoyens pour leur proposer une alternative démocratique et solidaire pour la France.

Persuadés que chaque citoyen doit disposer de son libre arbitre et de ses propres capacités d’analyse pour se déterminer, nous ne donnerons pas de consigne de vote pour le second tour de ces élections régionales, conformément à ce que nous avons toujours annoncé, respectant le choix de chacun.

Cyril Jarny



NOS PROPOSITIONS POUR LA REGION

1 - Créer un Conseil Citoyen du Mieux Vivre en PACA


Le Conseil Citoyen du Mieux Vivre sera composé de citoyens volontaires tirés au sort sur tout le territoire. Il fera appel si nécessaire à toutes compétences extérieures : associations de lutte contre la pauvreté, associations citoyennes, représentant de l’Observatoire des Inégalités, professionnels des secteurs concernés…

Il aura pour rôle:

• d’exprimer les besoins des populations du territoire dans les tous les domaines du MIEUX VIVRE : justice sociale, accès au logement, aux soins, aux transports, à une nourriture bonne et saine, à une eau de qualité, un air pur, une énergie propre, à un travail épanouissant et utile, un revenu décent, une vie paisible, aux loisirs, à la culture..etc,

• de contrôler l’action des élus à tous les niveaux de la décision.


Le Conseil Régional, dans son rôle institutionnel, pour respecter les besoins ainsi exprimés, mettra en œuvre les politiques et les programmes nécessaires pour répondre au principe du MIEUX VIVRE en région PACA.


2 - Renouveler en profondeur les pratiques et l’offre politiques en luttant contre le cumul des mandats, la professionnalisation de la politique et la corruption


Les candidats Nouvelle Donne s’engagent à : 

Une limitation stricte du cumul des mandats (s'engager sur 1 seul mandat) et des fonctions (s'engager sur 1 seule délégation extérieure dans les organismes gérés par la région), 


Une limitation dans le temps à deux mandats consécutifs maximum


Une volonté d'éthique et de transparence

• Mettre en ligne leur déclaration d'intérêts, selon le modèle établi par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique, en vertu de la loi n° 2013-907 du 11 octobre 2013 relative à la transparence de la vie publique et les informations adressées à la Commission des comptes de campagne et de financement de la vie politique ; 

• Signer la Charte Anticor ; 

• Signaler à l'autorité judiciaire les atteintes à la probité dont ils auraient connaissance dans l'exercice de leurs fonctions (comme les y oblige l'article 40 du code de procédure pénale) ; 

• Refuser tous dons, cadeaux ou autres avantages consentis à eux-mêmes, à leurs proches ou à leur parti par des personnes physiques ou morales qui pourraient, à un moment ou à une autre, être intéressés par des décisions prises par le conseil régional ; 

• Prévenir les conflits d'intérêts (on ne peut être juge et partie) notamment par la mise en place d’une commission éthique indépendante, comprenant des membres de l'opposition et des citoyens volontaires tirés au sort, à laquelle l’élu ne participera pas. Elle aura pour mission de développer une culture de la légalité et de l'exemplarité dans l'administration. Elle aura notamment pour compétence l'élaboration d'une charte d'éthique locale opposable aux acteurs de l'administration (s'agissant par ex. du retrait des fonctions ou des délégations, du recrutement d'agents contractuels, de la passation des marchés publics...) ; 

• Demander la suspension des fonctions exécutives et les délégations d'un élu mis en examen pour un délit d’atteinte à la probité dans l’exercice d’un mandat électif ; 

• Créer une application web accessible à tous les citoyens où l’on trouve l’agenda de l’élu, ses votes et initiatives. Le questionnement sera possible par écrit. 


Une exigence de démocratie réelle dans le respect du pluralisme et de la diversité

• Permettre la participation de citoyens volontaires tirés au sort dans toutes les commissions, les conseils d’administration, les organismes et structures financés par la région, ainsi que la représentation de l'opposition ; 

• Donner aux citoyens l'accès en ligne aux informations sur la région : indemnités des élus, comptes rendus des commissions régionales, subventions attribuées et refusées… ; 

• Organiser un référendum d’initiative locale sur les questions relevant des compétences régionales si 5 % des électeurs en font la demande. 


3 - Soutenir les entrepreneurs pour sauvegarder les emplois

 

• Soutenir les PME/PMI en difficultés qui s'engagent en concertation avec leurs salariés à partager le temps de travail plutôt que de licencier. Un fonds régional de compensation de la perte de salaires jusqu’à reprise d’activité sera créé. 

• Encourager la création de SCOP (Société coopérative et participative) en cas de fermeture d’une entreprise. Les salariés souhaitant reprendre leur outil de production en créant une SCOP se voient soutenus par la Région, à raison d’1€ minimum de fonds publics pour 1 € apporté par les salariés. 

• Créer un service d'aide itinérant auprès des PME, des TPE et des associations, pour répondre à tous les appels d'offre et appels à projet. Ce service gratuit fonctionnerait à la demande des intéressés dans le but de permettre à chacun de répondre aux consultations avec un maximum de chance de réussite. 


4 - Développer les emplois non-délocalisables

 

• Introduire des " Clauses sociales " dans tous les marchés publics du Conseil régional et en particulier de proposer des emplois et de la formation professionnelle rémunérés en faisant appel aux agences locales de Pôle Emploi. 

• Soutenir les projets alternatifs pour relancer l'emploi local et non-délocalisable. Il s'agit de transférer, sur un territoire donné, les dépenses d'accompagnement des chômeurs de longue durée vers le financement d'emplois locaux répondant à des besoins non satisfaits. (ex : projet "Territoire zéro chômeur" initié par le réseau Emploi-Formation d’ATD Quart Monde avec expérimentations sur un territoire à l'échelle d'une commune, d'une communauté de commune ou d'un quartier). 

• Mettre en place des dispositifs innovants de soutien aux ménages et aux entreprises s’engageant dans la voie de l’économie d’énergie par une meilleure isolation des bâtiments. Ce soutien implique l’utilisation des ressources locales, personnel et matériaux utilisés par ces artisans. 

• Soutenir les projets économiques visant à développer les énergies renouvelables sur notre territoire et à diminuer notre dépendance au pétrole, en concertation avec la population locale (ex : association de riverains, communes, …). 

• Soutenir la production d’énergie renouvelable auprès des particuliers, que ce soit par l’installation de petit éolien sur les toitures et la pose de panneaux photovoltaïques fabriqués localement. 


5 - Favoriser l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) en soutenant la création d’entreprises, d’activités et d’emplois

 

• Créer en partenariat des pépinières d’entreprise du secteur de l’E.S.S sur tout le territoire de la Région et partout où cela s’avérera utile. Une seule pépinière d’entreprises de l’E.S.S. existe en région PACA  et elle ne peut pas répondre actuellement à tous les porteurs de projet qui sollicitent son concours. Elle propose des bureaux et des services communs : secrétariat, salle informatique, salle de réunion. Il serait souhaitable qu’à l’échelle de la région, tout porteur de projet puisse accéder à une offre de services de même nature au plus près de son activité. 



6 - Recentrer le budget de la formation professionnelle sur les populations les plus éloignées de l’emploi et vers les éco-métiers

 

• Recentrer la  formation professionnelle, tout au long de la vie, et les aides à l’insertion professionnelle sur les jeunes les moins qualifiés et les moins diplômés, ainsi que les chômeurs de longue durée et les populations fragilisées.

• Développer les « éco-formations » : énergies « vertes », agriculture intensive et bio type permaculture, maraîchage urbain… 

• Créer en partenariat avec les professionnels, exploitants et les populations concernées des formations aux métiers de la dépollution des sites, avec application prioritaire et urgente à l’étang de Berre.


7 - Créer une Université Régionale des Métiers du Démantèlement des Centrales Nucléaires

 

Faire de la région PACA, la région de référence en termes de compétences dans ce domaine.

• Créer une Université des métiers du démantèlement des centrales nucléaires en partenariat avec les professionnels, les exploitants et les usagers,  valorisant ainsi les savoirs et le potentiel du Centre d’Etudes Nucléaires de Cadarache.

• Initialiser, dès 2016, cette initiative en finançant les études et la mise en place des formations professionnelles pilotes, spécifiques à cette université des métiers.


8 - Etudier la faisabilité de la mise en place d'un Revenu de Base en vue de son expérimentation sur un département volontaire de la région

 

Il s’agit du versement d’un Revenu de Base universel (tout le monde le reçoit), individuel (accordé à chaque personne quelle que soit la composition du foyer familial), et inconditionnel (sans condition).  

Le Revenu de Base n’est pas contre le travail, au contraire. C’est le système actuel qui se limite à ne valoriser que l’emploi comme seule forme de travail. Il vise principalement à :

- permettre de vivre dignement en  renforçant la cohésion sociale,

- favoriser toutes les formes de travail (du travail domestique au bénévolat en passant par l’emploi rémunéré), l’économie collaborative…,

- laisser les individus choisir librement leurs moyens de contribuer à la société. 

Le versement du Revenu de Base (ou une partie de celui-ci) en monnaie locale permettrait également de renforcer et pérenniser le tissu économique local de manière durable.


9 - Etudier l'intérêt de la création d’une monnaie locale à l’échelle de la Région

 

Il s’agit, en concertation avec les associations gérant les expérimentations existantes sur notre territoire, d’étudier la création d’une monnaie locale complémentaire régionale afin de redynamiser l’économie de notre région et d'y encourager les circuits courts (agriculture, artisans, services…). 

C’est un outil complémentaire à l’Euro pour les échanges locaux, qui ne peut pas être épargné (ni faire l’objet de spéculations sur les marchés financiers) et que l’usager doit remettre dans le circuit économique. 

Donc, une monnaie locale sert l’économie réelle avec une valeur ajoutée sociale et humaine car elle profite à tout le monde.


10 - Mettre en œuvre une politique régionale de consommation alimentaire locale : du « champ à l'assiette »

 

• Construire un projet alimentaire territorial, partagé par les acteurs locaux, fondé sur un diagnostic de la production locale et du besoin alimentaire exprimé au niveau de chaque établissement relevant de la compétence du Conseil Régional,

• Favoriser l’approvisionnement local et de qualité en restauration collective (Lycées…) : la mise en place d’un ensemble de critères dont l’objet serait de fonder l’attribution d’un marché sur l’origine géographique du produit est prohibée mais il existe plusieurs leviers prévus par le code des marchés publics, qui sont mobilisables, aux différentes étapes de la commande publique.

• Permettre aux parents d’élèves de bénéficier de ce type d’approvisionnement, 

• Créer un système d’achat, attaché géographiquement à ces lieux de restauration, destinés aux parents d’élèves et aux habitants des quartiers, en s’inspirant du modèle des coopératives participatives de distribution.


11 - Réorienter les politiques régionales en matière de Logement, de Transport et d’Aménagement du territoire

 

Sur le logement, bien qu’il ne relève pas, à proprement parlé, des compétences régionales, nous proposerons que la région applique une politique volontariste dans ce domaine, en lien et de façon complémentaire avec les autres collectivités territoriales ainsi qu’avec l’Etat.

Le rôle de la région sera incitatif dans ces domaines, notamment en lien avec les structures qui œuvrent dans le cadre du logement social mais aussi dans le cadre du logement d’urgence, en favorisant la mise en location de logements et de bureaux inoccupés, en aidant à la sécurisation des loyers pour les petits propriétaires de biens immobiliers, et en participant plus activement aux programmes de rénovation des bâtis et des copropriétés dégradées, aux économies d’énergie et à la résorption des logements indignes, etc…


Sur les transports, le Bonnet d'âne est attribué à la région PACA car elle reste de loin, le plus mauvais élève de l'Hexagone en termes de ponctualité et de régularité du trafic TER.

• Renégocier les contrats passés entre la région et la SNCF en liant le montant du marché aux résultats (bonus/malus).


Sur la mobilité :

• Combler le déficit de liaisons et de dessertes par des compagnies privées d’autocars dans les territoires où les besoins ne sont pas satisfaits,

• Mettre en place la gratuité des TER et des LER :

- pour les mineurs,

- pour tous durant les week-ends,

- pour tous afin de se rendre sur les lieux des Festivals régionaux, foires artisanales…..

C'est donner envie aux familles de découvrir la région, ses Festivals, ses artisans, ses métiers parfois décalés, c’est redonner du pouvoir d'achat en plus à tous, c’est permettre de recréer un lien social distendu, et, en complément, c’est un vrai levier pour baisser les émissions de  GES (Gaz à effets de serre) en PACA.


Sur l’aménagement du territoire : Redynamiser la réflexion sur l’Aménagement du Territoire et les types d’agricultures à encourager et la manière de vendre les productions locales.


12 - Reprendre la main sur la culture en lançant un programme novateur, participatif, et créateur d’emplois

 

Quelle place pour les arts et la culture ? 

La culture baigne toute notre vie, et concerne tous les domaines : urbanisme, architecture, façon de se vêtir ou de manger, façon de parler, d’échanger, etc… Quant aux mots « arts » et « artistes », ils n’existent quasiment plus dans les programmes politiques. 

On a de plus en plus l’impression que la seule justification d’un événement culturel, est dans ses retombées économiques : quand j’investis 1 € dans la culture, combien ça rapporte ? 

La bonne question nécessite d’inverser les termes : quand on prend une décision économique quelles en sont les conséquences culturelles ? 

Faute de l’avoir posée, la gestion « tout-économique » du pays depuis tant d’années aboutit à l’a-culturation d’une population de plus en plus nombreuse, avec tout le cortège de maladies sociales qui en découle : chômage, perte d’identité, rejet, violence…

Enfin, dans la société de partage du travail que nous voulons promouvoir, le nouveau temps libre doit s’accompagner d’une offre culturelle très accrue, et d’une offre au plus près des gens, sous peine de voir les industries du loisir consommable remplir le vide.

Que peut-on faire tout de suite ?

• Se donner de nouveaux outils de développement culturel en engageant un grand chantier de « scènes de proximité » dans les déserts culturels, et dans les lieux de mixité sociale comme les établissements scolaires, en concertation avec l’Etat et les autres collectivités publiques. Une « scène de proximité » est un lieu participatif d’artistes et de citoyens, de jauge petite ou moyenne, aménagé pour les arts de la scène, le cinéma, la vidéo, les expositions, équipé d’un studio son et d’un lieu de convivialité, café ou autre. Ces scènes seront des outils de production artistique professionnelle, de projets participatifs, de formation et de pratiques amateurs. Ce seront aussi des lieux de débat citoyen.

• Aider les créateurs à créer des emplois culturels :

- Engager une politique volontariste pour favoriser l’éclosion d’œuvres nouvelles, non pas par des aides au coup par coup, mais par des conventions pluriannuelles avec les structures de créations. 

- Redéfinir entièrement, avec les structures de production, les critères de l’attribution d’aides publiques. Lier notamment le montant des aides au volume d’emplois artistiques.

- Donner à toutes les structures de création, comme outil de développement économique et artistique, un libre accès à des « scènes ouvertes », soit dans des temps dédiés sur les grandes scènes régionales, soit dans des nouveaux lieux d’expression libre. 

- « Implanter » les équipes de créations : soit en les attachant à des lieux existants, soit en les attachant chacune à une « scène de proximité ».

• Favoriser la diversité culturelle, la diversité des genres, les formes nouvelles, les échanges, l’ouverture à d’autres cultures.

• Soutenir les festivals existants, et la création de nouvelles manifestations festives, avec une attention particulière aux projets participatifs. 

• Favoriser l’accessibilité de tous aux grands Festivals du territoire (transport, tarifs).

• Encourager les manifestations publiques (congrès, salons, manifestations commerciales etc…) à inclure à leur projet un volet artistique.


13 - Lutter contre les paradis fiscaux à l’échelle régionale

 

• Inclure dans l’ensemble des appels d’offres du Conseil régional une clause favorisant l’accès à ses marchés publics à toute entreprise ne détenant pas d’avoirs ou de filiales dans des paradis fiscaux. 

• Donner la priorité dans ses appels d’offres aux entreprises détenant leur compte bancaire dans un établissement financier éthique et citoyen (pas de filiales situées dans les paradis fiscaux). 


14 - Se positionner sur les grandes questions européennes et internationales

 

S’engager sur les grandes questions européennes et internationales, comme par exemple : 

• se positionner favorablement à l’établissement de la taxe sur les transactions financières, 

• se positionner HORS TAFTA, 

• et s’engager sur toutes les questions relevant du respect des Droits de l’Homme…